Thomas Spok et compagnie

Translate

He Wishes for the Cloths of Heaven de Yeats, traduction et analyse

"Marche doucement car tu marches sur mes rêves" et le poème de Yeats


Liminaire

Grand poète de l'Irlande dont il exalta la nation et dont il fut sénateur, prix Nobel de littérature en 1923, William Butler Yeats mêle symboles, mythes et lyrisme dans toute son oeuvre.

Parmi ses plus célèbres, son bref poème "He Wishes for the Cloths of Heaven" condense en quelque sorte les traits de sa poétique. Il a été publié en 1899 dans son recueil The Wind Amond the Reeds (Le Vent parmi les roseaux) sous le titre "Aedh Wishes for the Cloths of Heaven", modifié par la suite avec le remplacement d'Aedh par un "He" plus neutre.

Il contient le vers souvent cité : “tread softly because you tread on my dreams" / "Marche doucement, parce que tu marches sur mes rêves", notamment dans le film Equilibrium (voir ci-dessous), et rejoint ainsi la liste réjouissante des poèmes qui imprègnent la culture populaire, tels "Ozymandias" de Shelley ou "Do Not Go Gentle Into That Good Night" de Dylan Thomas.

La Belle Dame sans Merci, inspiration pour Yeats
La Belle Dame sans Merci, par le peintre préraphaélite Henry Meynell Rheam, 1901.

On pourra lire en complément deux autres traductions de poèmes de Yeats :

Cuchulain consolé de Yeats, poème

Cuchulain Comforted de Yeats, traduction et analyse

Liminaire

Cuchulain Comforted est l'un des tout derniers poèmes de Yeats malade (le dernier étant La Tour noire, à découvrir ici), qui l'achève le 13 janvier 1939 ; il meurt le 28.

Rappelons brièvement que William Butler Yeats est un auteur irlandais et une des grandes figures de la littérature du XXème siècle, ainsi qu'une homme politique, nommé sénateur de l'État libre d'Irlande de 1922 à 1928. Il a reçu le prix Nobel de Littérature en 1923.

Cuchulain est un personnage héroïque de la mythologie irlandaise, associé surtout au Cycle d'Ulster. Il est le fils du dieu Lug. Son nom, qui connaît plusieurs variations, notamment Cúchulainn, signifie "le chien de Culann" (le nom d'un forgeron, par ailleurs). Il est devenu un symbole de l'indépendance irlandaise, par l'exaltation du courage et du sens du sacrifice.

Yeats lui a consacré plusieurs poèmes et pièces de théâtre et le poème Cuchulain Comforted fait écho naturellement à son ultime pièce, The Death of Cuchulain, La Mort de Cuchulain, elle aussi écrite peu avant sa mort.

Le héros, donc, est mort ; le poème évoque maintenant l'au-delà : comment l'homme de guerre réagira-t-il à sa nouvelle condition ?

Dans Les Celtiques Hugo Pratt rend hommage à l'Irlande
Vignette extraite de l'album Les Celtiques, par Hugo Pratt, 1972.

Ursula K. Le Guin et la poétisation du réel

La femme de bois, poème retrouvé d'Ursula Le Guin


Liminaire

Connue surtout pour son œuvre de science-fiction et de fantasy, la romancière américaine Ursula Le Guin (1929-2018) fut aussi poétesse, avec entres autres les recueils Wild Angels (1975) ou So Far So Good: Poems 2014–2018.

La poésie est parfois affaire de circonstances et les poèmes peuvent être issus de petites histoires bien réelles qui ont leur beauté, et mettent du moins un peu de fantaisie dans les biographies d'auteurs trop vite réduites à quelques dates-clés, sinon à la pieuse volonté de les figer dans quelque case communicante. C'est ainsi que Le Guin se retrouve prise dans le miroir tentateur des formules et des images d'Épinal, "Le Guin grande dame de la SF", "grande prêtresse de la SF", "féministe", "anarchiste", voire même "gentille grand-mère au milieu des fleurs"...

Or Le Guin fut notre contemporaine. Il arrive ainsi que des témoins bien vivants non seulement nous livrent leur vision de la femme, mais partagent les petits trésors que sont des souvenirs de conversations, des photographies, ou encore des textes inédits... qui permettent de se faire une idée du processus créatif de Le Guin, et de la façon dont sa poésie animait des éléments de son environnement, avec parfois des coups de pouce !

Ursula K. Le Guin, 2013
Ursula K. Le Guin en conférence, 2013.