Thomas Spok et compagnie

Translate

Le valeureux guerrier gaulois, ancêtre du rugbyman moderne ?

Le guerrier gaulois, un professionnel de la guerre

Préambule

« L'appareil et le vacarme de l'armée gauloise épouvantaient les Romains. Car la quantité des buccins et des fanfares étaient incalculable et il s’y ajoutait une si vaste et si forte clameur de toute cette armée poussant en chœur son chant de guerre que non seulement les instruments et les soldats, mais encore les lieux environnants qui en répercutaient l’écho paraissaient donner de la voix ; effrayants aussi étaient l’aspect et le mouvement de ces hommes nus du premier rang, remarquables par l’éclat de leur vigueur et de leur beauté. Tous ceux des premières lignes étaient parés de colliers et de bracelets d’or. » 
Selon Polybe citant l’historien latin Fabius Pictor [1]

Les préjugés ont la vie dure à propos de nos chers Gaulois ! Malgré un travail de réhabilitation récent, comme le très bon livre Jean-Louis BRUNAUX : Nos ancêtres les Gaulois [2], c’est contre tout un imaginaire qu’il faut lutter. Des livres d’Histoire aux Bandes dessinées, les habitants de la Gaule n’ont pas une image très glorieuse : petits villages vivant de la chasse et de cueillette, aucune culture écrite, retard technologique...

Bref un mode de vie qui semble renvoyer à la préhistoire, surtout lorsqu’on les compare à leurs célèbres envahisseurs : les Romains. Ceux-ci sont dignes d’être admirés : armée disciplinée, cheveux bien coupés, barbe rasée, et surtout victorieux par Belenos ! C’est même là que le bât blesse : notre connaissance des Gaulois est passée presque entièrement à travers le filtre des auteurs latins (César en premier ligne) : rien d'objectif donc.

Les guerriers gaulois n’ont en réalité aucune honte à avoir face à leurs ennemis latins. Mieux, leur entraînement et leur organisation ressemble étrangement aux illustres spartiates, modèles de guerriers antiques en jupette. Dans une perspective évidemment anachronique, on pourra trouver de nombreux points communs entre les farouches guerriers gaulois et les rugbymen actuels ! Intéressés ?

Gaulois en reconstitution
Reconstitution historique de guerriers gaulois dont on voit qu'ils maîtrisaient parfaitement le fer. Crédit Photo : AHVAE - LES ORATELLI

Alexis Bacci, l'ultime entretien - les influences

Alexis Bacci, entretien sur ses influences créatives

Alexis Bacci, scénariste et dessinateur de BD (Lastman Stories avec Bastien Vivès, Captain DeathAkasake) partage aujourd'hui avec nous le délicat processus de conception d'un paysage mental créatif... 

Oui, bon, ça va, c'est un prétexte pour se faire plaisir et causer dessins animés, jeux vidéos, ciné et hip-hop... entre autres. Ou comment tomber dans la bande dessinée quand on est tout petit.

Alexis Bacci enfant
Le petit Alexis Bacci en plein travail de recherche, quand il avait encore tous ses cheveux.

Le désamour de Paul Claudel

Découvrir les oeuvres de Paul Claudel

Il est certaines figures littéraires qui ne trouveront jamais leur place dans un monde partial et binaire. Tantôt adorées par un petit nombre, tantôt haïes par la majorité, ces légendes de la plume ne sont pourtant jamais oubliées. Elles font partie de cette caste flatteuse mais désastreuse des écrivains que l’on juge ambivalents, incompréhensibles, bref hermétiques parce que trop subtils.

Nombreux sont ceux par exemple qui rejettent Paul Claudel, ce poète, dramaturge, et écrivain du XXe siècle, dont on a toujours préféré conter l’histoire personnelle plutôt que l’histoire littéraire. Cruel Claudel qui enfermât sa sœur, Camille, la féministe, la maudite, la véritable génie de la famille, l’amante du grand Rodin ! Qu’il brûle en enfer, ce catholique qui n’en a que l’apparence, sans foi ni loi, baignant dans la diplomatie et la politique houleuse d’une République colonialiste !

Buste de Camille Claudel aux cheveux courts / Paul Claudel
Paul Claudel enlaçant le Buste de Camille Claudel aux cheveux courts par Auguste Rodin. (Anonyme)

Qu’ils soient catholiques ou athées, monarchistes ou républicains, tous se mettent d’accord pour dédaigner l’œuvre de Claudel, et l’homme lui-même. Pire, le désamour continue de nos jours. Qui a véritablement lu Paul Claudel ? Peut-être avons-nous vaguement survolé cette pièce interminable du Soulier de Satin, parce que fut un temps, à l’école, nous étions encore obligés de lire une œuvre qui faisait plus de cent pages. Mais l’histoire s’arrête là.