Avis de lecteurs

Les poèmes Ozymandias de Percy Shelley et Horace Smith, traductions et postérité dans Watchmen


Les poèmes Ozymandias de Percy Bysshe Shelley et Horace Smith, traductions et postérité dans Watchmen d'Alan Moore


Liminaire


Mon récent petit travail de recherche sur l'oeuvre de Seamus Heaney m'a rappelé mon intérêt plus ancien pour un poème anglais célèbre : il y a maintenant plus de deux-cents ans, entre décembre 1817 et janvier 1818, le poète Percy Bysshe Shelley et son camarade Horace Smith [1] auraient décidé d'écrire chacun un poème sur le même sujet : Ozymandias, déformation grecque du pharaon Ramsès II.

Peut-être encouragée par l'arrivée annoncée d'une statue de Ramsès II à Londres, l'écriture des deux poèmes est influencée par un passage de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile : 

Je suis Osymandyas, Roi des Rois ; si quelqu’un veut connaître ma grandeur et (savoir) où je gis, qu’il essaie de surpasser l’une de mes œuvres.

Traduire, trahir, transformer : de Percy Shelley à Alan Moore


Le sonnet proposé par Shelley fut publié dans The Examiner [2] sous un nom de plume, Glirastes [3]. En voici le texte anglais ainsi qu'une traduction toute personnelle :

Ozymandias de Percy Shelley traduction en français
Ozymandias, de Percy Bysshe Shelley, traduction par Thomas Spok

Je ne suis pas traducteur, et cette tentative quelque peu maladroite ("dépossédées de torse" ?) date d'il y a plusieurs années, alors que je découvrais le poème en anglais sans parvenir à en dénicher une traduction française : exercice d'amateur passionné, sans doute, que je poursuivis à l'époque par l'écriture d'une nouvelle fantastique où il était, forcément, question de temps, de sable et de drogue (je crois).

Peu importe d'ailleurs : il me semblait à l'époque que publier ma nouvelle avec le poème de Shelley, ou plutôt, comme en introduction à celui-ci, permettrait peut-être de le faire découvrir à une poignée de lecteurs. La démarche montrait ma naïveté, au mieux, mais mon activité sur internet était alors très réduite.

Je saisis donc l'occasion de partager de nouveau le poème, ainsi qu'une traduction découverte tardivement, dont j'ignore qui est au juste l'auteur :

Ozymandias
Je rencontrai un voyageur venu d’une terre antique
Qui dit : « deux jambes de pierre vastes et sans tronc
Se dressent dans le désert. Près d’elles, sur le sable,
À moitié enfoncé, gît un visage brisé, dont le froncement de sourcil
Et la lèvre plissée, et le ricanement de froid commandement
Disent que le sculpteur sut bien lire ces passions
Qui survivent encore, empreintes sur ces choses sans vie,
À la main qui les imita et au cœur qui les nourrit.
Et sur le piédestal, apparaissent ces mots :
« Mon nom est Ozymandias, Roi des Rois,
Regardez mes œuvres, ô puissants, et désespérez ! »
Il ne reste rien à côté. Autour de la ruine
De ce colossal débris, infinis et nus,
Les sables solitaires, égaux, s'étendent loin.

Shelley, bien sûr, évoque les ravages du temps et la vanité des puissants, tout en valorisant l'art qui permet de préserver et de lancer des avertissements. Je me bornerai à préciser également que l'engagement politique de Shelley, qualifié de radical et libertaire, eut une influence sur William Morris, Karl Marx ou encore George Orwell.

Par ailleurs, toujours amusé de trouver des références à la poésie dans des bandes dessinées ou des comics, j'en profite aussi pour évoquer un personnage d'Alan Moore, lui-même anarchiste.

En effet, l'auteur anglais a donné le nom d'Ozymandias à un des héros ambigus du fameux Watchmen :

Ozymandias de Watchmen est inspiré d'un poème de Shelley
Watchmen n°1, 1986 : dessin de Dave Gibbons, couleurs de John Higgins.

Pharaon moderne, cet Ozymandias est "l'homme le plus intelligent du monde" et un ancien justicier reconverti dans les affaires et l'exploitation de produits dérivés. C'est aussi un personnage vaniteux qui s'efforce de tout prévoir et anticiper, et se montre obsédé par l'horloge de la fin du monde (indiquant deux minutes avant minuit en 2018...).

Postérité, altérité : d'Horace Smith à Len Wein


Si Alan Moore cite le poème de Shelley dans les pages de son Watchmen, la référence est devenue particulièrement explicite (et même assez lourdement martelée) dans la série Before Watchmen publiée en 2012, au grand dam de Moore. Dans les numéros consacrés à Ozymandias, le personnage lui-même se revendique du poème :

My name is Ozymandias, king of kings, Before Watchmen
Before Watchmen, Ozymandias n°2, 2012 : scénario de Len Wein et dessin de Jae Lee.

De façon un plus surprenante, Len Wein est allé jusqu'à reproduire le poème d'Horace Smith en conclusion de sa série. Or, si la version de Smith a été occultée par celle bien plus célèbre de Shelley, Before Watchmen n'a pas fait d'ombre à l'oeuvre culte de Moore. Celui-ci ne s'est d'ailleurs pas privé d'exprimer son dédain pour cette reprise.

Smith publia d'abord son Ozymandias dans The Examiner le premier février 1818, sous ses initiales. En voici le texte anglais, ainsi qu'une traduction rapide de ma part dont le lecteur bienveillant voudra bien excuser la maladresse :

Horace Smith et Percy Shelley, Ozymandias
Ozymandias d'Horace Smith, traduction par Thomas Spok

Le poème fut par la suite repris dans son recueil Amarythus, sous un titre étonnamment long : Sur une jambe de granit extraordinaire, découverte tenant sur elle-même dans les déserts d'Égypte, avec l'inscription insérée ci-dessous (On a Stupendous Leg of Granite, Discovered Standing by Itself in the Deserts of Egypt, with the Inscription Inserted Below).

Je prendrai le temps de remarquer ici que le poème renvoie déjà à la science-fiction, au post-apocalyptique, troublant une fois encore le rapport entre métaphore et narration, en ayant l'air de prophétiser une fin de civilisation qui est bien la crainte explicite du Watchmen des années 1980.

Dans Before Watchmen, cependant, Len Wein et Jae Lee utilisent une planche entière pour illustrer le poème (sur fond de champignon nucléaire ?), sans en préciser le titre mais en rappelant le lien avec Shelley, comme si décidément Horace Smith ne pouvait exister par lui-même :

Jae Lee illustre Ozymandias d'Horace Smith, Before Watchmen
Before Watchmen, Ozymandias n°6, 2013 : scénario de Len Wein et dessin de Jae Lee.

Les tragédiens ne s'étaient pas privés de faire de grandes figures mythologiques ou historiques des héros de pièces de théâtre (Hannibal en sait quelque chose !).

Mais il n'est pas si fréquent qu'un poème inspire la conception d'un personnage de comics book, mais il est certain qu'en rendant hommage à leurs sources les auteurs contribuent à les introduire dans la culture populaire. Cela revient peut-être à rapprocher d'un grain la tête brisée des jambes orphelines.


Notes :


[1] Horace Smith, courtier en bourse fortuné, est connu davantage en tant qu'auteur de romans historiques que comme poète.

[2] Le 11 janvier 1818, dans une version à coquilles. The Examiner était un hebdomadaire tenu par des amis de Shelley, les frères Hunt, qui traitait d'économie, de politique et de littérature. Le poème fut ensuite repris dans le recueil Rosalind and Helen, A Modern Eclogue; With Other Poems en 1819 .

[3] Ce nom de Glirastes signifierait "Dormouse-lover" est une allusion aux Gliridés, petits rongeurs que les Anglais appellent une dormouse (déformation du français dormeuse ?). Dormouse était un surnom affectueux donné par Percy Shelley à sa femme Mary Shelley !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire