Le défilé interdit du 11 novembre 1943 des résistants d'Oyonnax

Translate

Le défilé interdit du 11 novembre 1943 des résistants d'Oyonnax

Trois actions glorieuses de l'armée française pendant la Seconde Guerre mondiale (3/3)

Transition


Alors que la 2nde guerre mondiale passe pour être une période honteuse pour notre pays, nous avons déjà vu que cette idée est à nuancer. Déjà, lors de la débâcle même, certains soldats brillèrent de bravoure comme à Saumur où les nazis furent tenus en respect. Ensuite, nous avons vu que la bataille de Bir Hakeim signe la renaissance définitive de l'armée française avec l'héroïque général Koenig qui tint tête au farouche nazi Rommel. Nous allons maintenant aborder l'héroïsme des résistants en abordant le cas du 11 novembre 1943.

Oyonnax rend hommage au défilé du 11 novembre 1943
Un défilé sous forme de reconstitution historique lors du 70ème anniversaire du défilé du 11 novembre 1943 à Oyonnax.


Les actions de la résistance ont été multiples pendant la guerre : espionnage, sabotage, assassinats ciblés... Lors de cet article, nous aborderons en détails le cas du défilé du 11 novembre 1943. Alors que tout commémoration de la "grande guerre" est proscrite pendant l'occupation, quelques héros osent braver l'interdit. Cela constituera un symbole des luttes maquisards pendant la guerre, grâce à ceux, la France a pu retrouver ses couleurs.

Un contexte d'occupation nazie


Défaite militairement en juin 1940, la France va subir de longues années d’occupation. Lorsque Pétain signe l’armistice, le 22 juin 1940, la France paie un tribut énorme, à la fois économiquement et territorialement : l’Alsace-Lorraine est intégrée de force dans le Reich. De plus, tout le Nord du pays et le littoral Atlantique sont occupés militairement par l’armée allemande. L’ « État français » s’installe ainsi à Vichy et « contrôle » un territoire diminué des deux tiers.

La propagande vichyste valorise Pétain
Un drapeau français derrière celui qui a livré la France aux nazis ? Déjà à l'époque, les politiciens abusent de la com'.



Pendant cette période, tout est rationné et il est très difficile de se nourrir correctement, surtout en ville. Des millions d’enfants vont souffrir de malnutrition, certains iront jusqu’à en mourir. Des millions de français ou étrangers persécutés par les nazis vont tenter de se cacher au Sud mais les Allemands font tout pour rendre la frontière interne hermétique. Pire, en novembre 1942, l’armée allemande envahit toute la zone Sud qu’elle occupe militairement jusqu’à la libération [4].

L'émergence de la Résistance


Radio Paris ment, Radio Paris ment, Paris est allemand.
Les souffrances de la France et de son peuple sont grandes pendant l’occupation et toute résistance est sévèrement punie, même les plus simples actes, comme l’écoute de « Radio Londres ». Ainsi, très peu de personnes prennent le maquis entre 1940 et 1942, à peine quelques milliers, dispersés et désunis. En 1943, les choses changent, de nombreux jeunes entrent en résistance pour éviter le STO ; les défaites de l’Allemagne à l’Est ou en Afrique servent de catalyseur à une augmentation des effectifs (environ 25 à 40 000 membres à l’automne 1943).

La Résistance peine à recruter jusqu'en 1944
Quelques maquisards haut-savoyards. Jusqu'en 1944, les effectifs sont très faibles dans la Résistance (comme dans la milice pro-allemande d'ailleurs). Peu de Français les soutiennent et certains les dénoncent... 

Le 27 mai 1943, l’unification de la Résistance a été un premier tournant dans l’Histoire du maquis français. De Gaulle choisit Jean Moulin, ancien préfet d’Eure-et-Loir, comme 1er lieutenant en France. Son destin tragique est célèbre, arrêté le 21 juin suivant par la gestapo lyonnaise, il meurt le 8 juillet après avoir subi la torture. La résistance a besoin d’un nouvel élan pour panser ses plaies. Depuis 1940, la majorité des actions furent secrètes car toute action directe contre l’ennemi entraînait de sévères représailles nazies sur les civils. Mais fin 1943, les choses changent.

Plaque commémorative pour Jean Moulin à Saint-Georges-sur-Eure
Plaque commémorative à Saint-Georges-sur-Eure. 


Le glorieux défilé d'Oyonnax le 11 novembre 1943



Oyonnax, lieu d'un acte de résistance dans l'est de la France en 1943
Oyonnax, c'est dans le Nord de l'Ain (01). 



Dès 1940, le 11 novembre devient une journée-tabou pour le régime de Vichy. En effet, ce jour est chômé depuis 1919 pour fêter la victoire contre les Allemands ! Ainsi, Pétain va interdire formellement tout rassemblement patriotique ce jour-là et la police de Vichy est sur le qui-vive. Du côté allemand, même son de cloche en pire avec le traumatisme de la défaite de novembre 1918. Toute la propagande d'Hitler tournait autour de cet événement et du traité de Versailles de 1919.

 Henrri Romans-Petit défila à la tête de maquisards à Oyonnax en 1943
Henri Renans-Petit est un héros oublié de la 2nde guerre mondiale. Il représente la ténacité et surtout le courage de ceux qui refusèrent l'occupation et la collaboration. 

Ainsi, 200 maquisards jurassiens vont défiler dans les rues de cette ville où la résistance est fortement ancrée. Leur chef de file est Henri Romans-Petit, organisateur de plusieurs maquis dans le Jura et dans l'Ain. Ceux qui défilent à ses côtés sont vêtus d’uniformes, récupérés peu avant le défilé et se sont fabriqués de faux mitrailleurs en bois pour apparaître plus fringants. Une gerbe en forme de croix de Lorraine est déposée sur le monument au morts avec l’inscription suivante : « Les vainqueurs de demains à ceux de 14-18 ». Les maquisards se revendiquent donc pleinement comme des soldats, alors que Vichy utilise le mot de terroriste pour les désigner et apeurer la population.

Défilé commémoratif à Oyonnax, soixante-dix ans après
Encore une photographie du 70ème anniversaire. Les maquisards veulent montrer une image de soldat alors que la propagande de Vichy les traite de terroristes. 

Grâce à André Jacquelin, journaliste maquisard, l’événement ne sombre pas dans l’oubli et l’écho se répand petit à petit. Le régime de Vichy, devant la ferveur populaire qu’a suscité le défilé dans le Jura, lance une énorme offensive contre le maquis local mais les résistants, dûment renseignés par un policier, sont déjà loin lorsque la police attaque. Les Allemands sont furieux et raflent 120 personnes au hasard à Nantua. Un nouvel impôt du sang à payer pour les Français, face à un ennemi qui cherche désespérément à salir l’image des résistants.

Morale

Lorsqu’Emmanuel d’Astier de la Vigerie informe Churchill de ce coup d’éclat de la résistance française, le 1er ministre britannique est définitivement convaincu par le discours de la « France libre » et va prôner l’armement des résistants français (dont il se méfiait jusqu’alors). Après le débarquement américain du 6 juin 1944, les effectifs des résistants vont miraculeusement augmenter ! On me signale qu'en avril 1945, près de 99,8% de la population est résistante (rire jaune).

La France se découvre massivement résistante en 1944
Les résistants font désormais l'unanimité lors de la libération d'Orange en 1944. Sauras-tu trouver le collabo qui se cache sur cette photo ? 

Grâce au courage de ses Français morts en 1940 à Saumur, grâce à l’héroïsme de ceux qui combattirent en plein désert libyen ou entrèrent en résistance pendant la guerre, la France a lavé une partie du déshonneur de la défaite et commencé le deuil de ses morts. De plus, elle réussira à entrer dans le cercle très fermé du conseil de sécurité des Nations Unies naissantes (1945). Cela a permis à la France de garder un poids dans l’échiquier mondial, malgré la perte prochaine de son empire colonial. [2]

Notes :

[1] Du 8 au 11 novembre 1942, c’est l’opération Torch au Maghreb : c’est le 1er débarquement allié en Méditerranée. Les colonies françaises, théoriquement contrôlées par Pétain, vont très facilement passer du côté américain et certaines villes comme Alger sont libérées en une seule journée grâce à l’appui de la résistance locale. Hitler est furieux et se demande ce que la collaboration avec Vichy lui rapporte : il se venge donc en envahissant la « zone libre ».

[2] Grâce à cette place au conseil de sécurité de l’ONU, la France peut, encore aujourd’hui, poser son véto contre une résolution qui lui déplairait, comme en 2003 et la guerre en Irak. Cependant, cela ne va peut-être pas durer… Le successeur d’Angela Merkel, A. Kramp-Karrenbauer, a récemment affirmé que l'Allemagne souhaitait que l’Europe ait son siège au conseil de sécurité de l’ONU.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire